Les animaux

L’agneau

Symbole d’innocence et de douceur, il représente le Christ qui offre sa vie pour le salut du monde :

« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jean 1, 29).

JPEG - 1.3 Mo

Le poisson

Jésus a multiplié les pains et les poissons pour nourrir les foules affamées, annonçant ainsi le don de l’Eucharistie (Jean 6, 8-11). Le poisson est devenu le signe de reconnaissance des premiers chrétiens, car les lettres du mot grec, ΙXΘΥΣ (‘ICTUS’, poisson), sont les initiales de la confession de foi :

« Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur »

JPEG - 1.4 Mo

Le pélican

Il représente le Christ qui dans le Sacrement de l’Eucharistie, donne son Corps et son Sang en nourriture. (Dans l’Antiquité, on croyait que le pélican nourrissait ses petits avec sa propre chair) :

« Ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. » (Jean 6, 55-56)

JPEG - 1.5 Mo

Le phœnix

Cet oiseau mythologique de l’Antiquité grecque, pouvant renaître de ses cendres, est devenu le symbole du Christ, ressuscitant d’entre les morts :

« Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ; ils le tueront, et le troisième jour, il ressuscitera ». (Matthieu 17,22)

JPEG - 1.5 Mo

La poule

Symbole de la prévenance ‘maternelle’ de Dieu pour son peuple exposé au danger :

« Jérusalem, Jérusalem (…), combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu... ! » (Matthieu 23, 37)

JPEG - 1.3 Mo

L’aigle

Il symbolise la protection dont Dieu entoure son peuple au long de son chemin sur la terre, comme lors de l’Exode pour le peuple d’Israël :

« Comme un aigle qui éveille sa nichée et plane au-dessus de ses petits, il déploie son envergure, il le prend, il le porte sur ses ailes. Le Seigneur seul l’a conduit. » (Deutéronome 32, 11)

JPEG - 1.3 Mo

Le coq

Il évoque le triple reniement de Pierre lors de la Passion de Jésus :

«  Amen, je te le dis, cette nuit même, avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois » (Matthieu 26, 34)


Il est aussi le symbole de la Résurrection du Christ au matin de Pâques :

« Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin » (Marc 13, 35)

JPEG - 2.2 Mo

Le cerf

Il symbolise le désir de Dieu dans la prière :

« Comme un cerf altéré qui cherche l’eau vive, ainsi mon âme te cherche, toi mon Dieu. » (Psaume 42).

JPEG - 1.5 Mo

L’escargot

Avec les nombreux petits animaux représentés sur les stalles du chœur, où l’Office divin est célébré aux différentes heures du jour, il rappelle que toute la création est invitée à la louange de Dieu :

«  Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur ! » (Daniel 3, 57)

JPEG - 1.4 Mo

Le cochon

Rejeté à l’extérieur de l’église sous la forme d’une gargouille, il représente les mauvais penchants du cœur de l’homme, que le Christ vient purifier :

«  Rien de ce qui extérieur à l’homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. (…) Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. » (Marc 7, 15 ; 21-22).

JPEG - 1.4 Mo

Documents

JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1.4 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1.4 Mo
JPEG - 1.4 Mo