Les Saints de la Basilique

Dans la Maison de Dieu, nous pouvons aussi rencontrer ses amis.
Ils sont aussi les nôtres ! Ce sont les Saints : des hommes et des femmes qui ont su aimer en vérité Dieu et leur prochain.

Les Saints, des amis de Dieu

Par l’exemple de leur vie et leur intercession auprès de Dieu, les saints peuvent nous aider dans notre chemin sur la terre. Apprenons à les connaître, faisons d’eux nos amis et ils nous conduiront vers notre Père des cieux !

« lls sont venus prier à la Basilique… Sur les pas des grands témoins de la sainteté. »
Par le Père Jean LAVERTON, Recteur

« Je suis venu apporter un feu sur la terre… » (Luc 12,49)

Il y a un peu plus de 125 ans, le 1er août 1885, commençait à Montmartre une longue chaîne de prière, portée par l’élan de ferveur de tout un peuple. Bien avant que ne soit achevée la collecte de fonds par laquelle une foule immense fera preuve d’une grande générosité, bien avant l’achèvement de la construction de l’édifice, l’adoration du Saint Sacrement exposé a façonné la vie et l’âme profonde de ce grand sanctuaire offert au Sacré-Cœur de Jésus, qui s’élève au-dessus de la ville comme un signe d’espérance et de foi.
Et parmi les millions de fidèles et de pèlerins, qui dans le secret sont venus, depuis plus d’un siècle, porter dans le silence cette mission d’adoration et d’intercession pour l’Eglise et le monde, nous pouvons nous souvenir en particulier de quatre grands témoins :
- la jeune Thérèse Martin, future Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Sainte Face, venue prier à la Basilique au début de son pèlerinage à Rome, qui, de retour à Lisieux, a envoyé à la Basilique ce qu’elle avait de plus cher, un bracelet, pour la fonte de l’ostensoir des fêtes : expression évocatrice de son désir de se donner elle-même sans réserve au Christ, livré par amour dans l’Eucharistie ;
- le Bienheureux Charles de Foucauld, portant sur son habit religieux le Sacré-Cœur de son « Bien-aimé frère et Seigneur Jésus-Christ », auprès duquel il venait ici puiser dans l’adoration de nuit un désir missionnaire capable d’embraser le monde entier ;
- le Bienheureux Pape Jean XXIII, qui aimait, lorsqu’il était Nonce Apostolique à Paris, à venir « se réfugier comme l’hirondelle, au creux de la grande Basilique », nous rappelant ainsi l’importance de la prise de recul, du temps de la prière dans le silence, pour la fécondité de notre vie au service du Seigneur et de l’Eglise ;
- Enfin, il y a un peu plus de 30 ans, le 1er juin 1980, le Bienheureux Jean-Paul II, qui lors de son premier voyage apostolique en France, après la veillée au Parc des Princes avec les jeunes, avait tenu à gravir le « Mont des martyrs » pour adorer le Saint Sacrement exposé : « Je vous confesse que cette visite est un instant privilégié pour moi et pour toute ma vie », avait-il confié, avant de recommander à la prière des adorateurs « l’Eglise et le monde entier ».

Aujourd’hui, ce magnifique service de la prière est entre nos mains : répondrons-nous à cet appel du Seigneur, en puisant dans l’adoration eucharistique la source d’un nouvel élan missionnaire, pour le monde d’aujourd’hui et de demain ?
Devant les épreuves et les catastrophes que tant d’hommes subissent autour de nous, qu’elles soient naturelles, ou causées par la violence des hommes ou par la crise de l’économie, beaucoup s’interrogent.
Pourtant, le Christ lui-même nous a avertis, en même temps qu’il nous appelle à la confiance : « Quand vous verrez arriver toutes ces choses, redressez-vous et levez la tête, car votre délivrance est proche » (Luc 21,28).

« Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18,8).

Invitation à nous retrouver dans l’essentiel de notre vie, à vivre selon notre vocation profonde de fils du Père, à ne pas nous épuiser en quêtes illusoires.

Document

PDF - 7 Mo
Visiter_prier

Images