La Semaine Sainte

Le Mystère pascal, manifestation de la Miséricorde de Dieu

« Pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime !  »

Avec les catéchumènes adultes qui reçoivent le Baptême dans la nuit de Pâques seront plongés dans la Miséricorde de Dieu, il n’est pas de plus moyen plus profond d’entrer dans le Mystère de l’amour que de vivre la Semaine Sainte à la suite de Jésus…

A la Basilique comme dans toute l’Eglise, la Semaine Sainte qui nous conduit à Pâques est le sommet de l’année liturgique. Le mystère d’Amour en quelques mots - impossible de le dire ! Venez le vivre avec nous en participant aux grands offices de la Semaine Sainte et de Pâques ! Une retraite liturgique est proposée chaque année à la Maison d’Accueil pour vivre de l’intérieur le Triduum pascal (Jeudi saint –Vendredi Saint – Samedi Saint – Dimanche de Pâques).
En voici quelques aperçus :

Le Jeudi Saint :
Ce jour-là il n’y a dans chaque église qu’une seule Messe. Pendant cette célébration nous revivons le repas où notre Seigneur Jésus Christ, avant d’entrer dans sa Passion, a lavé les pieds de ses disciples et institué l’Eucharistie, le signe de cette réalité inouïe : " Il nous aima jusqu’au bout…"

La Messe, ce jour-là, est belle, très solennelle, mais pas tout à fait comme d’habitude :
on y apporte de l’eau et le célébrant quitte ses ornements, prend un linge et lave les pieds de 12 hommes, représentant les douze apôtres de Jésus : c’est le rite du Lavement des pieds (cf. Jean 13). Oui, le Seigneur est là au milieu de nous !
A la fin de la célébration le Saint Sacrement quitte le chœur de l’Église.
Il est porté en procession à la Crypte, au Reposoir : c’est le Seigneur qui part au Mont des Oliviers pour y vivre son agonie…

Le chœur reste désormais vide, dépouillé, sombre et alors se taisent les cloches…

Vient ensuite le Vendredi Saint :
Nous accompagnons le Seigneur en faisant avec Lui le Chemin de Croix. Il n’y a pas de Messe ce jour-là, ni d’adoration eucharistique, car le Seigneur est au tombeau.
Le soir, nous méditons la Passion et nous vénérons la Croix. La liturgie est grave, notre salut se joue devant nos yeux et les cloches restent muettes…

Le Samedi Saint, règne sur la terre un silence encore plus profond. La Parole unique du Père s’est tue… Jésus Christ, vrai Dieu et vrai Homme, le Verbe fait chair, est enseveli au tombeau. Il descend aux enfers pour délivrer tous les morts qui, depuis le premier homme, sont privés de la vision de Dieu.
Avec la Vierge Marie, nous attendons dans l’espérance la Résurrection du Seigneur « le troisième jour », comme Il l’a promis, pour nous apporter la vie éternelle.

C’est pourquoi le soir du Samedi Saint, en la nuit de la Résurrection, nous célébrons la grande Vigile Pascale. C’est une Création nouvelle que le Seigneur accomplit : nous allumons le feu nouveau et le nouveau cierge pascal, nous méditons les grands textes de la Bible qui parlent de la Création et du projet d’amour de Dieu pour les hommes, nous bénissons l’eau nouvelle, nous voyons renaître les catéchumènes par l’eau de Baptême : tout est nouveau ce soir-là, car éternelle est la nouveauté de l’amour de Dieu !

Le Christ Ressuscité au matin de Pâques nous apporte la vie : nous le voyons sur les visages des nouveaux-baptisés !
Et les cloches chantent avec nous cette joie nouvelle qui remplit nos cœurs : ALLELUIA, le Christ est Ressuscité !
Les cloches de la Basilique se joignent à ce concert joyeux ...